Lettre à M. le sous-préfet de Mantes-la-Jolie

Comité « Cœur, Hôpital, Mantes »

     Cabinet médical Pasteur

Centre Commercial «Les Merisiers»

         Rue Louise Michel

       78711 Mantes la Ville                                à Monsieur le sous-préfet de Mantes la Jolie

        Tel : 06 09 48 01 92                                                         Rue de Lorraine

                                                                                             78200  Mantes la Jolie         

 

Mantes la Ville, le 21 juillet 2010

Objet : fermeture de la cardiologie interventionnelle

 

Monsieur le sous-préfet,

 

En 2008, l’Agence Régionale de l’Hospitalisation (ARH) avait décidé de doter notre hôpital d’une salle de coronarographie en recrutant et en formant le personnel pour assurer son bon fonctionnement. Cette décision avait été prise après plusieurs études démontrant l’intérêt d’un tel équipement pour la population autant de la région ouest des Yvelines que des départements limitrophes (Eure, Val d’Oise et Eure et Loir). Cette activité de cardiologie interventionnelle venait compléter une Unité de Soins Intensifs (USIC) et un service cardiologie performant qui permettait une prise en charge optimum 24heures sur 24 des maladies cardio-vasculaires pour un très large bassin de vie.

 

L’Agence Régionale de Santé (ARS) s’appuyant sur les dispositions du décret N° 2009-409 du 14 avril dernier a décidé de la fermeture de ce service dans le cadre de l’élaboration du Schéma Régional de l’Offre de Soins (SROS). Nous ne pouvons que nous interroger sur la pertinence de cette décision prise par l’ARS survenant à peine 2 ans après l’inauguration de ce plateau technique. Comment  peut-on expliquer qu’en si peu de temps ce qui était indispensable et utile hier à la santé de nos concitoyens ne l’est plus aujourd’hui ? Compte tenu de son ouverture récente, le service de cardiologie interventionnelle du Centre Hospitalier François Quesnay de Mantes n’a pas pu réaliser les objectifs d’actes préconisés par l’arrêté du 14 avril 2009..

Nous regrettons le gâchis humain et financier lié à la variabilité des orientations prises par l’Agence Régionale. Le recrutement du personnel et sa formation ainsi que les investissements chiffrés à plus d’un million d’euros auront été sans lendemain. Les pouvoirs publics doivent permettre à cette activité médicale de prouver qu’elle réponds bien aux besoins de la population comme les précédentes études en attestaient.

 

De plus, conséquence d’un contexte socio-économique sinistré, notre région présente une des plus fortes prévalences de facteurs de risque de maladie cardiovasculaire notamment le diabète, l’hypertension artérielle, la sédentarité et la faiblesse de l’éducation nutritionnelle. Les affections cardio-vasculaires constituent la première cause de mortalité. La disparition de ce service de coronarographie pose la question de la pérennité d’un service performant et efficient de cardiologie au C.H.Mantes. Cette fermeture ne manquera pas d’atteindre à terme la viabilité d’autres activités médicales comme la réanimation ou la neurologie. La fermeture de celui-ci est donc un mauvais coup porté à l’offre de soins de notre région et aux habitants de notre agglomération

En terme d’aménagement du territoire, cette décision est dommageable pour la Seine Aval. La concentration des services hospitaliers de pointe à Paris et dans sa petite couronne traduit une inégalité d’offre de soins dont sont victimes les habitants des marges de l’Ile de France.

 

Souhaitant vous exposer nos arguments, monsieur le sous-préfet, nous sollicitons une rencontre pour échanger avec vous sur cette fermeture. En attente de votre réponse, nous vous prions d’accepter l’expression de nos salutations dévouées.

 

                                                              Pour le comité «Cœur, Hôpital, Mantes»

                                                                                 Patrick Lefoulon