Proposition de nouveau courrier aux maires et médecins

                                                                                                Mantes le 28 octobre 2010

 

Comité Cœur.Hôpital.Mantes

http://cœur-hopital-mantes.fr 

Docteur,

Par courrier du 1er septembre 2010, nous vous alertions sur le devenir de l’unité de cardiologie interventionnelle de l’hôpital de Mantes.

En 2008, rappelons le, l’hôpital a été autorisé par l’Agence Régionale d’Hospitalisation à se doter d’un matériel performant d’un coût de 1,2 millions d’euro pour effectuer ces examens.

La mise en place de ce secteur a été difficile et lente mais, depuis le 11 janvier 2010, ce secteur  fonctionnait 24h /24 et 7 jour sur 7 comme vous en avez été informés par la direction de l’hôpital.

Ainsi, en six mois, 270 examens ont été réalisés au sein du service ( +29%  par rapport à la situation antérieure) dont 160 coronarographies (+14%) et 110 dilatations dont 35 dilatations en urgence ( +304%).

Mais, comme nous vous l’indiquions dans notre précédent courrier , l’arrêté du 19 avril 2009 fixe un nombre minimum de 350 actes pour continuer l’activité de ce secteur.

Bien que les travaux préalables au  Schéma Régional d’Organisation Sanitaire mentionnait que l’unité de l’hôpital de Mantes n’atteignait pas ce chiffre, compte tenu de la position excentrée de Mantes et des besoins de la population, le maintien de cette unité devait être étudié.

Le 11 mai dernier, lors de la réunion du SROS , la décision de fermer cette unité a été annoncée.

Cette décision est très contestable d’où la création du Comité Cœur Hôpital Mantes le 12 juillet dernier qui œuvre depuis pour le maintien de cette unité au sein de l’hôpital.

 

Depuis cette date, quelles actions, quelle est  la situation ? 

 

La pétition demandant le maintien durant 18 mois de l’unité de cardiologie interventionnelle a recueilli plus de 12 000 signature, actuellement 14 conseils municipaux de la région mantaise ont voté un vœu en ce ses.

La réunion débat du 9 septembre 2010 a accueilli 70 personnes, les rassemblements sur la parvis de l’hôpital le 16 septembre 150 personnes, celui du 14 octobre 250 personnes, la manifestation à Mantes le 25 septembre a rassemblé 300 personnes .

La population, les élus, une majorité de médecins et personnels médicaux, la société civile, soutiennent la demande de maintien de ce secteur .

Le 6 octobre dernier, à 17 heures, après de multiples et  difficiles négociations, une délégation du Comité Cœur Hôpital Mantes a été reçue avec une délégation d’élus de la région dont la présidente de Conseil de Surveillance de l’hôpital ainsi que le Docteur Faivre, chef du service cardiologie et le Directeur de l’hôpital , par Monsieur Evin, Directeur général de l’Agence Régionale de la santé d’Ile de France. 

Exceptée Madame Dumoulin, Présidente du conseil de Surveillance  de l‘hôpital qui avait fait part au Directeur de l’ARS avant la réunion sa position, tous les participants ont développé la nécessité de maintenir cette unité durant une période déterminée.

Monsieur Evin qui souhaitait «  ouvrir le dialogue » a argué qu’au nom de la sécurité des patients, cette unité, qui n’atteignait pas le nombre d’actes requis durant les années 2007n,2009 et 2009 , devait fermer, faisant fi de la montée en charge de cette unité au cours des six premiers mois de l’année 2010. Les patients seraient alors orientés vers la clinique d’Evecquemont , distante de 27 kilomètres de Mantes. Compte tenu des infrastructures routières et du trafic , le délai d’acheminement est estimé à 30-45 minutes, temps de transport préjudiciable aux patients qui se trouvent dans une situation de détresse cardiaque.

Cette décision a été reprise dans l’édition locale du Parisien dès le lendemain matin.

Par lettre du 19 octobre adressée à Madame Dumoulin, Madame Bachelot indique, reprenant les arguments du Directeur général de l’ARS que « l’hôpital de Mantes avait développé en 2007, une activité, sans obtenir l’accord préalable de l’ARH, - ce qui est faux – et que le département des Yvelines comprend 4 centres pratiquant l’activité de cardiologie interventionnelle qui garantissent une prise  en charge des patients ( centre publics de Versailles et Poissy, deux privés Evecquemont et Parly II).

Elle indique qu’une coopération active peut être engagée par le centre hospitalier de Mantes avec le centre d’Evecquement et ainsi les praticiens du centre hospitalier qui le souhaitent pourraient poursuivre une activité de cardiologie interventionnelle dans cette clinique. »

Un effort considérable tant au niveau des moyens humains, formation de personnel, recrutement de médecins qualifiés- un des deux médecins qui ont été priés de partir fin juin est prêt à revenir  si l’unité est maintenue, mise aux normes de cette unité, achat de matériel performant, ont été effectués.

Mardi 26 octobre, le Directeur de l’hôpital a annoncé les décisions très graves pour le Mantois : la fermeture définitive de l’unité de cardiologie interventionnelle et la fermeture de l’unité de soins intensif de cardiologie (USIC).

 Priver la population de ces services de proximité est inacceptable et laisse entrevoir un avenir incertain pour l’hôpital. L’ensemble de la population doit réagir vigoureusement

Le comité Cœur.Hôpital.Mantes s’élève contre ces décisions et a décidé de poursuivre et intensifier ses actions pour obtenir la réouverture de ces secteurs  et  organise :

-     une manifestation ? ? ? ? ( à voir mardi )

-        samedi 13 novembre 2010 un rassemblement /information rue Colmar à Mantes de 15 à 18 heures.

-        dimanche 22 novembre, tenue d’un stand  à l’occasion de la foire aux Oignons (un stand a été demandé  à Monsieur le Maire de Mantes).

Nous appelons votre soutien en participant aux rassemblements  ,

Nous vous prions …….

Pour le comité,

Brigitte  Aubry