Communiqué Attac 78

La marchandisation à marche forcée de la santé, par la casse de l'hôpital public au profit des cliniques privées, le démantèlement de la Sécurité Sociale,  aboutit à de nombreuses fermetures aberrantes de services pourtant utiles et prometteurs comme celui des interventions en cardiologie à l'hôpital de Mantes La Jolie, fermé le 1er juillet 2010.

Depuis des années, Attac dénonce et combat avec beaucoup d'autres cette collusion entre les technocrates, soucieux de la rationalisation des coûts, voire du rationnement des dépenses, et les tenants de la logique marchande, pour lesquels l'hôpital est une entreprise, et les malades des clients, comme pour l'ensemble des services publics. Avec la population nous ne supportons plus ces politiques européennes qui aboutissent  à une médecine à plusieurs vitesses, entraînant ainsi des déserts médicaux dans des larges pans du territoire et une inégalité territoriale croissante dans l’accès aux soins, détériorant les conditions de soin et de travail et mettant en danger la situation sanitaire.

Voilà encore un exemple désastreux de ces politiques libérales illustrées par le plan Hôpital 2007 et la loi Bachelot avec ses Agences régionales d'hospitalisation (ARH), qui sous couvert d'une utilisation rationnelle et comptable des moyens existants, délèguent au privé les activités de soins rentables et laissent à l'hôpital les soins lourds et coûteux en personnel humain. 

Attac 78 Nord soutient sans réserve les motivations, les actions et la mobilisation du Comité Coeur-Hôpital-Mantes comme les centaines d'autres collectifs qui résistent sur le territoire et veulent que les usagers, les personnels, les élus locaux soient associés à l’organisation sanitaire dans ce pays afin qu'elle soit réellement au service de la population et non des intérêts marchands.

Fabienne Lauret

Présidente Attac 78 Nord