État des lieux au 31 août de la cardiologie à Mantes

Publié le par coeur.hopital.mantes

Bilan de la fermeture temporaire depuis le 1er juillet. Celui-ci permet de préfigurer les conséquences de la fermeture définitive de la cardiologie interventionnelle sur l’activité de cardiologie et sur la prise en charge des urgences cardiologiques.

Mais revenons sur les cas de certains patients de l’été :

Hier, 30 août, un patient d’origine maghrébine est admis aux urgences pour douleur thoracique en rapport avec un début d’infarctus. L’impossibilité de le prendre en charge dans le service impose son transfert dans un autre centre (privé en l’occurrence), il s’agit d’un transfert secondaire qui ne peut pas être effectué par l’équipe de Mantes, mais par le SAMU de Versailles ou Poissy. On peut imaginer le retard considérable de prise en charge de ce patient… (Versailles-Mantes puis Mantes Versailles).

Vendredi dernier, une femme de 46 ans est admise dans le service pour malaise. Une heure après son admission, elle récidive avec sensation douloureuse dans la poitrine, il s’agit d’un infarctus débutant. Le hasard ou la bonne fortune a voulu que nous soyons suffisamment nombreux pour réaliser une dilatation en urgence de son artère coronaire. Une heure après le début des symptômes, cette patiente (chanceuse !) a été traitée efficacement…

Le lendemain du 15 août, un patient de 84 ans est admis pour un infarctus (initialement limité) qui va se dégrader rapidement jusqu’à la constitution d’un état de choc, contre-indiquant tout transfert… La bonne fortune a voulu dans ce cas aussi que nous soyons suffisamment nombreux pour  la réalisation d’une dilatation eu urgence et surtout pour la mise en place d’une assistance circulatoire lui permettant d’être à ce jour encore vivant…

En dehors de ces cas précis, de nombreux patients ont dû être transférés dans d’autres établissements sans parler de ceux qui ont été adressés d’emblée dans un centre opérationnel (comme nous l ‘étions jusqu’au 31 juin)… d’où une baisse très importante de l’activité des soins intensifs de cardiologie. Ce matin, 31 août, il n’y a aucun patient dans ce secteur !!!

J’ai toujours prétendu et cela se vérifie que :

1-    L’activité de cardiologie interventionnelle est opérationnelle à Mantes et les chiffres du 1er semestre d’activité l’ont prouvé (voir annexe) et cette activité remplit les lits d’USIC (unités de soins intensifs cardiologiques)

2-    L’absence d’activité de cardiologie interventionnelle entraîne une diminution dramatique de l’activité d’USIC qui sera suspendue dans un proche avenir avec pour conséquence la disparition d’un cardiologue de garde à l’hôpital de Mantes.

Sans vouloir faire de catastrophisme, il s’agit d’une conséquence logique avec pour corollaire une disparition des collaborateurs (3 sont déjà partis, mais reviendraient si nous avions l’autorisation jusqu’en 2012). 

Le nouveau schéma (SROS) d’organisation des soins ne tient absolument pas compte de ces différents éléments, ne se fondant que sur une activité antérieure et non sur une nouvelle activité débutante (comme la nôtre) et sur les besoins de la population – toute l’offre de soins dans les Yvelines est concentrée sur Versailles et Poissy (cardiologie, transferts de SAMU, etc) et rien pour Mantes !

Voilà où nous en sommes au 31 août et vous pouvez imaginer que le moral « des troupes » est au plus bas, mais nous sommes prêts à nous battre jusqu’au bout…

Cordialement

 

Dr R. FAIVRE

 

 

 

 

 

ANNEXE

ACTIVITE COMPAREE 2008-2009 et

1er semestre 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2008*

2009*

1er s 2010

 

 

 

 

 

 

 

2010 estimation

 

Total examens

302

417

270

+29%

  540

 

 

 

 

 

 

CORO

209

280

160

+14%

  320

 

 

 

 

 

 

Dilatations (total)

90

136

110

+92%

   220

 

 

 

 

 

 

Dilat en urgence

15

23

35

+304%

    70

 

*Les activités 2008-2009 ne sont présentées que pour mémoire, car il n'y avait pas d'astreinte 24/24

L’activité de cardiologie interventionnelle, à l’ouverture du 24/24 le 11/01/2010, a augmenté de façon très significative, ce qui constitue une belle performance pour une première année d'exercice, doublement de l'activité de dilatations et 3 fois plus de dilatations en urgence.

Elle est liée essentiellement à l’activité de prise en charge des infarctus qui est le fondement même d’un service de Cardiologie d’un CHG.

Cette augmentation est due à l’admission de patients provenant du SAMU 27, 28 et 78, l’hôpital de Mantes ayant une position stratégique dans la prise en charge inter-régionale et inter-départementale des infarctus (entre 78 ouest, 27, 28 nord et éventuellement 94 ouest)

Cette augmentation d’activité d’urgence accroît l’activité programmée et l’activité d’USIC (unité de soins intensifs).

 

Rappel sur la nature de notre action

Un service de Cardiologie dans un hôpital général comme celui de Mantes-la-Jolie s’organise autour d’une Unité de Soins Intensifs permettant de recevoir les urgences cardiologiques, en particulier de prendre en charge le traitement des infarctus du myocarde.

La situation géographique de Mantes-la-Jolie et son important bassin de population avec  une forte concentration d’immigrés, de personnes issues de l’immigration, dont  le risque cardiovasculaire est plus important que la population générale (diabète et HTA), nécessitent de répondre à une demande de soins.

Situé à l’Ouest des Yvelines, l’hôpital de Mantes jouit d’une situation stratégique dans le schéma inter-régional dans la prise en charge des urgences cardiologiques, à l’Ouest, avec le département 27 qui n’a pas encore d’organisation de cette prise en charge, au Nord, la partie occidentale du 95 et enfin au Sud, la pointe du département 28.

La prise en charge des urgences cardiologiques, en particulier des infarctus, nécessite une infrastructure et une équipe de praticiens rôdés aux techniques de dilatation coronaire.

Dans un projet récent, l’hôpital de Mantes s’est vu autoriser en 2008 le renouvellement d’une salle de coronarographie (budget supérieur à 1 million d’euros), du recrutement de praticiens permettant d’ouvrir le centre le 11 janvier 2010.

Depuis 3 mois, le nombre de patients traités en urgence est de 30 (ce qui est énorme pour un début d’activité), grâce à la collaboration logistique des SAMU 78, 27 et 28.

La nouvelle Agence Régionale de Santé, dirigée par M. Claude EVIN, tente de s’opposer au dépôt d’autorisation de fonctionner jusqu’en avril 2012, qui permettrait au centre cardiologique de Mantes-la-Jolie de prouver sa place dans le schéma régional ou inter-régional de prise en charge des urgences cardiologiques.

Cette menace n’est justifiée que par une interprétation du décret, récemment publié en 2009, sur la Cardiologie Interventionnelle et que l’ARS (Agence Régionale de Santé) interprète d’une façon partielle.

Ainsi, notre demande ne porte que sur la possibilité de dépôt d’autorisation de fonctionnement jusqu’en avril 2012, tel que cela est prévu par le décret de 2009, pour pouvoir montrer le rôle essentiel du centre cardiologique de Mantes dans la prise en charge des urgences cardiologiques et de l’infarctus du myocarde.

 

Commenter cet article