Deux réflexions pour lundi soir

Publié le par coeur.hopital.mantes

Bonjour à toutes et à tous,
 
Je me permets de vous soumettre deux réflexions pour lundi soir.
 
1. Ce n'est pas Dumoulin qui nous a dit NON. Je comprends et je partage l'indignation (sans-doute) du plus grand nombre d'entre nous quant à son double langage et ses tergiversations, mais c'est Evin qui a dit non (et il n'est pas obligé de faire le sale boulot de gouvernement "sous peine d'aller pointer à Pôle Emploi" (un ancien minstre - après 15 jours d'exercice - perçoit une retraite et il est avocat - c'est donc bien sciemment que non seulement  il a accepté ce poste mais qu'il assume - et il nous l'a dit - pleinement ses décisions). 
Pour autant - et cela va peut-être sembler contradictoire avec mon préambule - je ne pense pas qu'il faille polémiquer - ni avec Dumoulin (Réponse de Dumoulin dans Le Parisien "je me situe hors des querelles politiciennes") ni avec Evin parce qu'il faut garder en tête notre objectif : la réouverture de la coro avec toutes celles et tous ceux, quelles que soient par ailleurs leurs sensibilités politiques, qui le souhaitent avec nous. Ne soyons pas contre untel ou untel (à l'évidence la caractéristique essentielle du Comité serait remise en cause si nous nous risquions à dériver sur des procès d'intention et les 11.000 signataires deviendraient vite passifs).
Nous ne sommes pas avant tout contre Dumoulin, Evin ou le Directeur de l'Hôpital mais pour la réouverture de la cardiologie interventionnelle.
Evin (et sans-doute Bachelot qui dit nous faire recevoir mais s'arrange pour que nous ne le soyions jamais) pratiquent un dialogue de sourd. Soit nous restons suspendus à leurs décisions et nous les commentons (mais, en polémiquant, nous acceptons de fait leurs décisions avouées ou non) soit, nous aussi, nous pratiquons ce dialogue de sourd avec eux mais en toute transparence avec les gens.
Il nous a dit non ? Elle nous a dit non ? Et alors ? Nous continuons avec des milliers de gens à réclamer cette réouverture et nous affirmons que nous tiendrons - plusieurs mois s'il le faut - plus d'un an s'il le faut (je suis persuadé que c'est un langage qu'ils entendent - 2012 approche).
Et les premières expériences, depuis l'annonce de la décision d'Evin, semblent confirmer à la fois la colère des gens (même quand il y a un peu de résignation au départ) et la volonté de ne pas se laisser faire (170 signatures au marché du Val-Fourré, 230 au marché du Centre-Ville, 120 devant le supermarché Champion où, pour la première fois, un Mantais non-membre du Comité est venu nous prêter main forte parce qu'il avait lu sur le blog que nous serions présents - pour la petite histoire, il m'a clairement indiqué qu'il était loin d'être "de mon bord" mais c'est en toute amitié que nous avons, ensemble, avec les autres présents contacté les gens. C'est une sacrée force !).
Lundi, nous pourrions décider si nous en sommes d'accord, de continuer et de ne pas lâcher. ce qui veut aussi sans doute dire, changer de braquet pour nous inscrire dans la durée.
 
2. La colère n'est pas toujours bonne conseillère. Je l'ai éprouvée comme tout un chacun en sortant de la rencontre Evin même si je ne survalorisais pas cette rencontre. Quitte à choquer, je crois que tout ce qui peut géner n'est pas forcément bon (blocage de pont, de rue...). Je crois plutôt qu'il faut nous inscrire encore davantage dans l'idée de tendre la main à tous les gens. Comme nouvelle initiative, j'en propose une - une action régulière de sensibilisation :
- dans une petite commune ou un quartier d'une des grandes villes, dans un centre commercial, une galerie marchande... à une date et une heure précises
- les membres du comité, un médecin et/ou un(e) infirmière avec leur blouse
- avec prise de la tension des gens (leur dire simplement si elle est "bonne " ou pas)
- leur remettre une petite plaquette (que nous pourrions réaliser avec l'aide du milieu médical. Qu'est-ce qu'un infarctus? Quels en sont les symptômes fréquents? Comment ça se soigne? Comment s'en prémunir? Comment cela se passe : urgences, stabilisation du patient, coronarographie..(permet d'expliquer l'aberration du transport dans une autre clinique à 40 kms) ? Peut-être commencer à avancer l'explication que la clinique d'Evecquemont voyait d'un très mauvais oeil la montée en puissance d'un tel service à l'Hôpital de Mantes qui risquait delui enlever "des clients" qu'elle n'avait que parce que ce service n'était pas en place à l'Hôpital ? Appeler à ne pas lâcher. Pétition.)
- Cette initiative, par ex tous les 15 jours, pourrait être préparée par la distribution d'un tract dans la commune ou le quartier concerné, médiatisée.
 
Bien entendu, ce type d'initiative ne s'oppose pas à d'autres que nous pourrons prendre (rassemblement, manif...) mais elle permettrait de travailler sur la durée à la prise de conscience des problèmes posés et, surtout, nous permettrait de continuer à être ultra-majoritaires dans la population. Ce type d'initiative n'est peut-être pas l'expression de la colère que nous avons tous éprouvée mais, plutôt qu'au bout du compte "se faire plaisir", n'est-il pas plus important de gagner la réouverture parce que nous aurons encore élargi notre soutien populaire, plus déterminé encore parce qu'il se sera saisi, peu à peu, de toute la problèmatique ?
 
J'ai été un peu long mais je crois franchement que cela vaut le coup que nous y réfléchissions.
Amicalement,
Marc

 

Rectificatif de O. Tamine

Bonjour, un rectificatif d'importance, je trouve les malentendus préjudiciables, quand j'ai modéré les propos concernant le directeur sous peine de chômage, pour moi il était clair qu'il s'agissait du directeur de l'établissement. Par conséquent merci de ne pas me faire dire ce que je n'ai pas dit. Je complète mes propos pour être encore plus clair : autant un directeur est pour moi "un salarié" comme tout un chacun avec ses possibilités etc. alors qu'être directeur d'ARS est un choix personnel et sa position n'est pas la même. M. Évin a souvent pris des positions en particulier quand il était ministre que j'avais combattues et cela continue. J'espère que cela clarifie suffisamment mes écrits.

Ouarda Tamine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dumont 11/10/2010 14:27


Comme toujours, malheureusemnt les politiques ne sont que des menteurs et des lâches. Ce n'est jamais de leur faute mais, il est nécessaire de reconnaitre que si la situation du pays est dans la
situation où nous la voyons, c'est bien de leur faute.


Bruno Olivier 11/10/2010 13:22


Bonjour
Je viens de lire l'article de Marc, et je suis d'accord avec lui, une action de blocage irait à l'encontre de ce que l'on recherche (mobiliser, fédérer,etc...),organiser des actions , que
j'appellerai d'information sur la santé est intelligentes et éducatives pour l'ensemble des personnes qui nous soutiennent par leurs signatures.
Je crois,pour ne parler que de la direction du Magasin Auchan, nous aurions plus de chance en arrivant et en disant que nous voulons faire une information, sur la santé envers leurs clients que de
faire une simple distribution de tracts.
Pour ce qui concerne les personnes nommées par Marc, elles ne sont pas grand choses à coté des maintenant 11 000 signatures.le combat c'est la CORO et rien d'autre , le reste en s'occupera le
moment venu, le comité est là pour l'Hôpital sa Coro et ces soutiens de tous Bord .
Bruno OLIVIER