Dernières nouvelles - 28 janvier 2012

Publié le par coeur.hopital.mantes

Bonjour à toutes et à tous,
 
Notre réunion publique d'hier soir a rassemblé environ 50 personnes (48 comptées précisément par une membre de notre comité), essentiellement des citoyens (seuls deux élus étaient présents : Monique Brochot et Patrick Lefoulon. Ce qui est une réussite car nous ne comptons pas beaucoup de membres du comté dans cette commune.
Le débat a beaucoup porté sur "le déshabillage de l'Hôpital public", de ses services considérés "comme rentables" au profit du secteur privé dans une salle très attentive et très mobilisée sur la question.
À noter : un élu d'une mutuelle nationale est intervenu pour dire qu'il faisait "remonter" les informations. Muriel Maniez, présidente d'UFC Que Choisir étaient également présente. Et, lors de cette réunion notamment, Madame le Maire, Madame Brochot, a annoncé qu'elle contactait Madame Tasca afin de monter au plus vite la délégation auprès du Ministre de la Santé que cette dernière a demandé.
Enfin, un article devrait paraître dans la prochaine édition du Courrier de Mantes.
 
Un troisième élu depuis notre courrier auprès d'eux, Monsieur Roulot, maire de Limay, a écrit au Président de la République. Vous trouverez ce courrier ci-dessous.
 
Enfin, dernière pièce jointe, les deux articles du Courrier de Mantes (portant sur les voeux du Directeur de l'Hôpital annonçant l'élargissement des urgences sur la salle de coro et l'autre relatant notre conférence de presse.
Pour cette conférence de presse, la radio locale BPM était présente et a diffusée, mercredi 25 janvier, une interview de Brigitte Aubry réalisée à cette occasion.
Vous pouvez réécouter cette émission en cliquant sur le lien ci-après (http://www.bpmlaradio.com/info/information-locale).
 
Notre prochaine réunion du comité ==> mardi 7 février à 20h30, salle rue du Stade à Rosny sur Seine.
 
Amicalement, Marc

 

Courrier Eric Roulot1

courrier Eric Roulot2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dumont 29/01/2012 13:02

Je vois que pour les politiques, la vie d'un homme compte de moins en moins au regard d'un billet de dix euros. Mais sont-ils sûrs, eux même qu'ils ne perdront pas la vie, un jour, du fait de la
désertification médicale?
Sont-ils sûrs qu'un jour que quelqu'un de leurs proches ne perdra pas la vie du fait qu'il n'y aura plus de possibilités de soins dans le lieu où l'accident aura lieu?
Je serais à leur place, je réfléchirait aussi à ces éventualités