Dernières nouvelles - 10 septembre

Publié le par coeur.hopital.mantes

Bonjour à toutes et à tous,
 
Plus de 2.000 lettres ouvertes sont "entrées" dans l'Hôpital hier d'une manière ou d'une autre. Ce qui veut dire que pratiquement tout le personnel a pu en prendre connaissance (ainsi que de nombreux patients ou visiteurs). Nous pouvons seulement regretter qu'aucun des médias contactés n'ait jugé utile de se déplacer à notre conférence de presse. En tout cas merci à toutes celles et à tous ceux qui ont permis ce beau bilan pour notre journée.
 
Pour la suite, pensez-vous utile que cette lettre ouverte soit distribuée rapidement dans les communes et, le cas échéant, combien en voulez-vous (et pour quel quartier et quelle commune)?
 
Pour ce qui concerne les fêtes des associations, nous serons présents en tant que tels à celles de Mantes la Ville (10h00 à 18h00 Salle Jacques Brel) et de Rosny (Gymnase à côté du collège de 14h00 à 18h00) mais aussi par le biais de l'association des libres penseurs et d'UFC que Choisir (à qui nous fournirons le matériel samedi matin à Mantes la Ville) dans les fêtes des trois communes de Magnanville, Mantes la Ville et Rosny. Nous tenons, bien entendu, à les remercier de leur investissement dans notre combat.
 
Pour les médias, même s'ils ne se sont pas déplacés, nous sommes apparus aujourd'hui dans Le Parisien (édition des Yvelines) et l'UFC que Choisir vient de nous envoyer son bulletin du mois de juillet sur lequel nous apparaissons sur une page entière. Nous venons également d'être contactés par My-Tivi. L'interview réalisée sera reprise dans le support papier qui paraîtra le jeudi 22 septembre. Vous trouverez les deux articles en pièces jointes.
 
Enfin la coordination nationale des hôpitaux a relayé hier l'information de la vente de la coro et de notre mobilisation (vous trouverez également ce mail envoyé aux comités en pièce jointe).

UFCjuillet11.jpg

Coordination1.jpg

Commenter cet article

Dumont 10/09/2011 11:57


Les médias n'interviennent, en général que lorsqu'il est trop tard. Elles n'aiment que ce qui fleur bon le scandale mais, lorsque nous regardons bien, elles sont généralement bien responsable du
problème.